//
vous lisez...
1990 - 1999, CD/LP REVIEWS, JAZZ

AL MCKIBBON – Tumbao Para Los Congueros de mi Vida (1999)


En jetant un rapide coup d’oeil sur la carrière de McKibbon qui s’étale sur plus de 50 ans, il apparaît clairement qu’il n’est pas arrivé par hasard au sommet de son art.

Il a participé à l’enregistrement du standard de  Dizzy Gillespie, « Manteca »; il a joué au sein des groupes de Mongo Santamaria, Chano Pozo, Armando Peraza, Carlos « Patato » Valdez et Francisco Aguabella (sans mentionner les titres pop et jazz enregistrés tout au long de ces années).  La vie et la carrière musicale de McKibbon – qui est littéralement enregistrée au Smithsonian Institute – peut être considérée comme l’histoire musicale de la seconde moitié de ce siècle.

Il manquait juste une pièce pour complèter le puzzle: un album en tant que leader. « Tumbao Para Los Congueros de Mi Vida » sera tout simplement considéré comme le point d’orgue d’une vie totalement consacrée au genre musical tel que le Jazz et la Musique Latine.  Mais ce disque représente bien plus.  Accompagné des musiciens les plus inspirés de Los Angeles et deux des percussionistes de Poncho Sanchez (Jose Papo Rodriguez and Ramon Banda), l’album est un ensemble capturant l’esprit mélodique et rythmique caractéristique des vedettes ayant collaboré avec McKibbon.
______________________________________________________
L’enregistrement de « Manteca » par Dizzy Gillespie sera considéré à l’époque comme une trahison par les puristes du Jazz .  McKibbon,lui, considère pourtant ce titre comme un nouveau point de départ.  En effet, il prendra conscience des Musiques Latines à partir de ce moment précis. « Je voulais seulement rendre hommage à ce genre musical, jouer de la musique latine aux arrangements modernes afin de créer quelque chose d’un peu différent des milliers d’enregistrements auxquels j’avais jusqu’alors participé.  Même s’il était important d’expérimenter des arrangements inédits de standards que j’avais choisi, j’ai alors dit aux autres musiciens de simplement jouer et de laisser venir les choses comme elles allaient se présenter.  La plupart des gens que je connais dans le monde du Jazz me connaissent à cause de ma période dite latine, et il me semble important d’y retourner« .

Les cubains, ayant le Jazz dans nos veines, se doivent de rendre hommage à McKibbon.  Bien que décédé, il ne sera jamais trop tard pour rendre hommage à cet immense bassiste.  Il sera toujours présent dans le Latin Jazz.  Et c’est ce justement ce Jazz qui sera, à notre grand bonheur, contaminé par les Musiques Latines et les musiciens latins. McKibbon apprendra à jouer ces notes latines comme s’il était lui aussi né à La Havanne et non à Chicago en 1919.  Ce qui nous étonne chez McKibbon, c’est qu’il est arrivé au Latin Jazz bien après être devenu un musicien renommé dans le circuit américain.  Lorsque sa famille déménage vers Detroit, il n’est alors encore qu’un enfant, largement influencé par ses parents et ses frères, tous musiciens.  McKibbon étudiera à Cass Tech School, où les étudiants s’immergent dans la musique à l’issue des cours.
______________________________________________________
Il fera ses débuts professionnels à la fin des années 30, dans la même ville, au Band C et au Congo Club.  McKibbon était capable de lire tous les types de partitions auquel il avait accès: ballades, musique de danses et d’atmosphère pour gala.  Cela contribuera grandement à obtenir un boulot stable et à développer un son qui lui sera bien particulier tant demandé dans les années 40.
Et c’est tout naturellement, quand il arrive à Detroit, que Lucky Millinders lui offre un contrat au sein de son groupe au Paradise Theater et l’emmène à Washington et New York.  Dans ces villes, où les choses bougent à une vitesse impressionnante, où le Swing commence à disparaître au profit du Bebop, McKibbon fut rapidement remarqué par Dizzy Gillespie, Thelonious Monk, Miles Davies et Gil Evans pour finalement jouer live et pour des sessions studio qui sont considérées encore aujourd’hui comme des classiques du genre.

Ses collaborations avec Gillespie sont une vraie chance d’approcher le Jazz Afro-Cubain.  McKibbon participe alors, en décembre 1947, à l’enregistrement initial du célèbre « Manteca« , composé par Chano Pozo.  Participent également à ce moment histrorique: Dizzy Gillespie, Dave Burns, Elmon Wright, Lamar Wright Jr, et Benny Bailey (trompettes); William Shepherd et Ted Kelly (trombones), John Brown, Howard Johnson, Joe Gayles, « Big Nick » Nicholas et Cecil Payne (sax); John Lewis (piano), Kenny Clarke (batterie), et, Chano Pozo, (percussions).
McKibbon partage sa chambre avec le légendaire Chano Pozo dans le bateau norvégien Drottningholm, à bord duquel le groupe de Dizzy Gillespie entame sa tournée européenne le 16 janvier 1948 et qui durera 7 semaines.  Durant cette période, McKibbon apprend petit à petit les secrets rythmiques de l’île de Cuba.  Suite à ces lessons bien particulières, George Shearing l’invitera à rejoindre son groupe en 1950.  Le pianiste anglais, qui était aveugle et avait vécu aux Etats-Unis, avait déjà discerné les nouvelles possibilités offertes par la Jazz et les musiques latines.  Il suivait simplement le chemin tracé par Mario Bauza, Machito, Chano Pozo, Chico O’Farrill et les autres cubains qui amenaient un nouveau feeling, plus décidés à exploiter les variations et de la fusion des percussions cubaines, afin de rafraîchir le Jazz East Coast.  L’homme providentiel sera  Armando Peraza, un conguero cubain vivant à Los Angeles.  L’album « Latin Escapade », en 1957, nous apporte son lot de découvertes: des titres bien particuliers tels que « Perfidia », « Poodle Mambo » et « Cuban Love Song » sur lesquels on peut entendre le vibraphone de Emil Richard et Toots Thielemans, deviendront des références principalement à cause de la formidable entente entre McKibbon et Perraza.
______________________________________________________

La qualité du jeu de basse attirèrent l’attention d’un autre grand amateur de Latin Jazz: le vibraphoniste Cal Tjader.  Un enregistrement de 1958, produit à San Francisco, est devenu un album de légende: « Cal Tjader’s Latin Concert » dans lequel, Cal Tjader et McKibbon, mais aussi Mongo Santamaria, immense percussioniste cubain et Willie Bobo, un des plus grands timbaleros, participèrent également.  Depuis lors, le Latin Jazz n’a jamais quitté le haut de la scène. McKibbon sera également présent en 1998, lors du deuxième Los Angeles Latin Jazz Festival, dédié à Israel « Cachao » Lopez, durant lequel il partagera la scène avec le bassiste Andy Gonzalez and le cubain Carlos del Puerto Jr. Sa participation à l’enregistrement de « Late Night Sessions » en 1999, par le groupe éphémère Caravana Cubana, aux côtés de Jimmy Bosch, de Miguel « Anga Diaz », de Lazaro Galarraga, de Pio Leiva, de Jesus Chucho Valdes, de Orlando Maraca Valle et de Johnny Polanco restera à jamais considéré comme un chef-d’oeuvre inoubliable.
Selon le conguero Francisco Aguabella, un autre conguero de renom, lorsque Jose Rizo l’appellera un an plus tard pour l’enregistrement d’un album double des Latin Side All Stars, il n’hésita pas un instant à rejoindre les membres du groupe de la plus jeune génération: le percussioniste péruvien Alex Acuña, le saxophoniste colombien Justo Almario et le pianiste panaméen Danilo Perez. Mais le moment le plus curieux de sa biographie artistique fut certainement en 1999, quand il décida, pour la première fois, de prendre lui-même la direction musicale de son propre groupe.  A l’écoute de son jeu de basse, il laisse entendre sa maîtrise parfaite de la fusion du Jazz et de la musique cubaine. L’album s’intitulera « Tumbao para los Congueros de mi Vida » avec la participation du pianiste Phil Wright, du timbalero Ramon Banda, du saxophoniste et flûtiste Charles Owens et le sax soprano de Justo Almario.  On y trouve également une interprétation inattendue de « Tin tin Deo », de son ami Chano Pozo, morceau qui résume toute son expérience.
McKibbon est considéré par la nouvelles génération de bassistes cubains comme indispensable. A l’annonce de son décès en 2005 à l’âge de 86 ans, personne ne pouvait y croire.  Son jeu et sa présence paraissaient intemporels.
______________________________________________________

L’album est le premier album en tant que leader. Il est accompagné par les percussionistes du groupe de Poncho Sanchez, Ramon Banda aux timbales, Jose « Papo » Rodriguez aux congas et aux bongos.  Phil Wright est au piano, Justo Almerio aux sax alto sur deux titres et Charles Owens à la flûte.  Les huits titres apparaissant sur l’album sont dans le plus pure style Jazz Afro-Cubain. Il y a même une ballade intitulée « Everything Must Change », dans laquelle on peut entendre la voix « soul » de McKibbon.  Trois morceaux font la part belle à la flûte de Owens (« Tin Tin Deo », « Estate » et « Cubano Chant ») en collabarotion parfaite avec le sax alto de Almario.  Le sax d’Almario est éblouissant dans « Seven Steps to Heaven ».  McKibbon fait alors patienter tout le groupe durant un assez long solo dans le « Off Minor » de Thelonious Monk, avant de lâcher tout pour une descarga d’enfer pendant laquelle les percussionistes s’en donneront à coeur joie.  Dans « I Mean You », Owen nous démontre, pour ceux qui en douteraient encore, qu’il est un merveilleux joueur de sax.  Le disque est tout simplement superbe et devrait être en bonne place dans toute discothèque de Latin jazz digne de ce nom.
————
AL MCKIBBON: TUMBAO PARA LOS CONGUEROS

MUSICIENS:
Al McKibbon – Basse, Direction Musicale, Arrangements
Ramon Banda – Timbales
Jose « Papo » Rodrigues – Congas, Bongos
Phil Wright – Piano
Justo Almario – Sax Soprano
Charles Owen – Saxophones, Flûte

TRACKS:
1. Off Minor    /    2. Tin Tin Deo    /    3. Estaté
4. Cubano Chant    /    5. Seven Steps to Heaven
6. Tumbao para Los Congueros de mi vida
7. I Mean You    /   8. Everything Must Change

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: LATIN JAZZ: The Perfect Combination / La Combinacion Perfecta « Musicadelbarrio - juillet 25, 2009

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enregistrer votre adresse mail pour recevoir une notification lors de la publication de nouveaux billets.

Rejoignez 26 autres abonnés

RSS DON’T BELIEVE THE HYPE

  • Les amateurs de vinyles privilégient l’occasion, les plus jeunes achètent du neuf
    58 % des acheteurs de vinyles jettent leur dévolu sur le marché de l’occasion, qui passe sous les radars de l’industrie musicale. C’est ce que révèle une enquête américaine, qui enseigne que les plus jeunes représentent le plus gros contingent d’acheteurs de vinyles neufs. L’amateur de vinyle passe souvent pour un audiophile accro à la […] The post Les amate […]
  • Dubset, premier agrégateur de remixes, déboule dans le jeu de quilles de la musique en ligne
    Forte d’une technologie qui lui permet d’identifier les extraits de musique utilisées dans les remixes postés par des DJ sur sa plateforme, la compagnie américaine Dubset Media les soumet à un clearing automatisé des droits, avant de les distribuer, en tant qu’agrégateur, auprès des services de musique en ligne. Apple Music et Spotify ont déjà signé. Les […] […]
  • Nouveau format d’écoute et de prescription, la playlist redonne vie aux catalogues
    La playlist s’impose peu à peu comme nouveau format d’écoute et de prescription, et contribue à donner une seconde vie à des fonds de catalogue de musique pléthoriques, qui se sont avérés bien plus résistants à la crise du disque que les nouveautés. Les maisons de disques l’ont bien compris, qui disposent parfois de leur […] The post Nouveau format d’écoute […]

RSS LE SOIR CULTURE

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS TOUT SUR LE TANGO

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS ECHOES OF CONCRETE EN DIRECT DE NEW YORK

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS ARTE TV MUSIC

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS CONCERT EDDIE PALMIERI

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS BOLLYWOOD MUSIC

  • Shankar Jaikishan: Aaj Ki Taza Khabar (1973) / Dhoop Chhaon (1977)
    Considering the soundtrack's relative obscurity (I believe this EP was the only release afforded), Shankar Jaikishan's 'Aaj Ki Taza Khabar' [review] is suprisingly good. 'Khilta Hua Shabab Hai' has a joyful 1950s vibe; 'Raat Hai Bhat Hai' sounds somewhat similar to the composing duo's famous rock 'n' rol […]

RSS LITTERATURE POLAR

  • Rabelais de 'Un petit noir'
    Qui suis-je ? Comme tous, le dernier à le savoir mais assurément un passionné de bouquins (plus spécifiquement de romans noirs), qui après beaucoup de détours dans la société du travail s'attelle à vivre d'une de ses passions. Redevenir humain, sociable,...
  • Ashentie présente Le silence de la pluie, de Luiz Alfredo Garcia-Roza
    Pour la clôture du défi littérature policière sur les cinq continents, j'ai choisi de lire ce roman pour le continent américain. Le silence de la pluie, de Luiz Alfredo Garcia-Roza Actes Sud, Babel noir, 2004, 304 pages,ISBN 978-2-7427-4939-3 Traduit...
  • Ashentie présente L'homme inquiet, de Henning Mankell
    L'homme inquiet, de Henning Mankell La dernière enquête de Wallander Seuil Policiers, 2010 Traduit du suédois par Anna Gibson Quatrième de couverture : « Grand-père d'une petite Klara, Wallander a réalisé ses rêves : vivre à la campagne avec son chien....

RSS FESTIVALS EN BELGIQUE

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS LINASJAZZ RADIO JAZZ

  • 現金化と景表法
    景表法って知ってますか? 正式な名称は、不当景品類及び不当表示防止法。 商品に不当な景品や表示を行う事で、消費 […]
  • クレジットカードの普及率と現金化の種類
    クレジットカードの普及率は1人に約3枚ほど発行されている数量になるそうです。 これは思ったより多いと感じるのは […]
  • 最終的には高金利になる
    ショッピング枠現金化における問題点として良く挙げられるのが、高金利の貸付と同義になってしまうということがありま […]

RSS ONDA CAROLINA

  • Shredding in the Desert: Tinariwen @ Cats Cradle 3.20.14
    "Welcome to the desert," said Tinariwen's Abdallah Ag Alhousseyni, the singer in palest blue robes who orchestrated our clapping with his elegant gestures and spacious dance moves. The Carrboro, North Carolina audience swarmed in unison as if to say, "Yes please. Take me to your campfire."Frontman and founder Ibrahim Ag Alhabib, he o […]
  • The Great Peace: KAIRABA releases 2nd CD at Cats Cradle, 3/14
    Diali Cissokho & Kaira Ba had the audience it deserved Friday night:  a Cradle full of people who know the band, and passionately share in its music. This CD release party for its eponymous second CD, which translates “Kaira Ba” as The Great Peace, turned out more of a euphoric frenzy. Fully in command, the 6-piece plus special guests enjoyed the richly […]
  • The Brand New Life Plays Durty Durham
    The Brand New Life headlined Friday (5/3) at Durty Durham's Pinhook fundraiser. (For supporting band The Black Experience, see yesterday's blog post.)The Brand New Life at The PinhookGreensboro is some kind of strange rhythm nexus, attracting more than your average share of griots, drum classes, and African and Brazilian percussion specialists. In […]

RSS PASTE MAGAZINE

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS LE MONDE CULTURE

%d blogueurs aiment cette page :